Prise de sang grossesse : quand procéder aux prises chez la femme enceinte

La grossesse est un heureux événement qui pour la plupart du temps est très attendu. Malgré cela, elle est la source de plusieurs craintes surtout en ce qui concerne son bon déroulement. La prise de sang chez la femme enceinte est indispensable pour s’assurer que la mère et l’enfant ne courent aucun risque.

Prises de sang avant la grossesse

L’importance d’une grossesse oblige à prendre toutes les précautions nécessaires. Avant la grossesse il est judicieux de procéder à plusieurs examens, notamment la sérologie VIH, car la connaissance du statut de la mère avant la grossesse permet de mettre en place au plus tôt un plan d’action pour épargner l’enfant. Toutefois, la découverte d’un statut sérologique au cours de la grossesse n’empêche pas de prendre des mesures pour protéger le bébé. Il y a aussi la prise de sang pour connaitre la sérologie rubéole. En effet,  savoir si la mère est atteinte ou non de rubéole avant la grossesse est capital. Ceci permet de la vacciner à temps et d’éliminer tous les risques possibles.

De nombreux autres examens nécessitent la prise de sang et on peut citer les suivants.

  • Sérologie toxoplasmose : cet examen permet d’éliminer l’existence d’une toxoplasmose. En cas d’absence de la pathologie, les mesures de prévention seront adoptées.
  • Sérologies hépatites B et C : Elles sont réalisées en vue de procéder à la vaccination avant que la fécondation n’ait lieu.
  • Electrophorèse de l’hémoglobine : La réalisation de cet examen permet de calculer la probabilité que l’enfant soit drépanocytaire. Lorsque la mère porte des traits, il faut que l’examen soit réalisé chez le papa. Dans le cas où ce dernier est également porteur de traits drépanocytaires, les parents sont orientés vers le service de conseils génétiques.

Prise de sang pour confirmer la grossesse

L’examen sanguin est le plus sûr pour confirmer la présence de l’embryon. Elle vous assurera que vous êtes bien enceinte. Elle peut être réalisée déjà 2 semaines après le jour de la conception. Ce bilan sanguin se base sur le dosage du β-HCG (hormone chorionique gonadotrope). Il s’agit d’une hormone que secrète l’œuf lorsqu’il s’implante dans l’endomètre (muqueuse utérine). C’est une prise de sang sans ordonnance. Dès que vous avez des doutes, vous pouvez vous rendre directement au laboratoire pour vous faire prélever. C’est votre première prise de sang de femme enceinte, s’en suivront plusieurs autres au cours des consultations prénatales.

Prises de sang chez la femme enceinte :

Plusieurs prises de sang sont indispensable chez la femme enceinte au premier trimestre. On peut commencer par le groupage sanguin rhésus (GsRh) qui permet de définir le groupe sanguin de la mère et de rechercher si elle est porteuse ou non d’antigène D. La mère de rhésus négatif n’est pas porteuse d’antigène D. Il faut dans ce cas rechercher le facteur rhésus du géniteur. Si ce dernier est positif, il existe le risque que l’enfant de rhésus positif soit reconnu par l’organisme de la mère comme un corps étranger. L’organisme va donc essayer de le rejeter et cela peut se solder par un avortement involontaire. Pour cela une prise de sang chez la femme enceinte a tout son sens. De plus, quel que soit l’issu de la grossesse, il y alloimunisation fœto-maternelle. C’est-à-dire que l’organisme maternel est sensibilisé pour rejeter les antigènes d’une éventuelle nouvelle grossesse. Le risque est la survenue des fausses couches de façon répétées. Toutes les grossesses se soldent par un avortement involontaire. La solution est l’administration de sérum anti-D à la mère dès la naissance de l’enfant.

Le second examen est celui de la recherche d’agglutinines irrégulières (RAI). Ile se fait en cas d’antécédents de transfusions sanguines. La recherche se fait dans le but de prévenir les accidents immunologiques. La numération formule sanguine (NFS) quant à elle permet de rechercher l’existence d’une anémie. En cas d’anémie, une supplémentation en fer et +/- acide folique sera instaurée. Cet examen est complété par l’Electrophorèse de l’hémoglobine qui entre dans le conseil génétique. Lorsque les parents sont porteurs tous les deux de traits drépanocytaires, le risque que l’enfant soit drépanocytaire est élevé. Il est proposé aux parents une interruption médicale de la grossesse. Les parents sont bien entendu libres de refuser.

Prise de sang grossesse : autres examens incontournables

  • Dépistage de la trisomie 21 : Le dépistage de la trisomie 21 est obligatoire. Elle entre comme l’électrophorèse de l’hémoglobine dans les examens du conseil génétique. Lorsque l’enfant a un risque élevé d’être trisomique, les parents peuvent avoir recours à une interruption médicalement assistée de la grossesse.
  • Sérologie rubéole : Si elle avait été faite avant la grossesse, et si la mère est vaccinée, elle n’est plus nécessaire.
  • Sérologie toxoplasmose : Si elle est positive, le traitement adéquat est de règle pour éviter les risques d’influence sur le bébé. En cas de négativité l’examen sera repris ultérieurement.
  • Sérologie VIH : elle est indispensable. On prescrira à la mère séropositive un traitement antirétroviral pour réduire au maximum les risques de transmission du fœtus.
  • Sérologie syphilis (TPHA/VDRL) : Il existe des risques de transmission à l’enfant qui nait alors avec des malformations. En cas de sérologie positive, un traitement antibiotique est rapidement instauré.
  • Sérologie hépatite C : Nécessaire seulement lorsque la mère fait partie des personnes à risques (personnes taouées, toxicomanes, polytransfusés etc.)
  • Glycémie à jeun : A la recherche du diabète gestationnelle chez une femme à risque. Il s’agit d’une femme ayant eu un enfant de poids supérieur à 4 kg et/ou en surpoids et/ou de parents diabétiques.

Prise de sang du 2e trimestre de grossesse

Le test d’hyperglycémie provoquée orale est nécessaire. Il se fait au 2e trimestre pour détecter le diabète gestationnelle chez la femme enceinte. A ce stade, la sérologie hépatite B est aussi indispensable, car permettant de prendre des mesures pour éviter la contamination de l’enfant. Lorsque la mère est atteinte de l’hépatite B, l’enfant recevra à la naissance un vaccin anti hépatite B. Il recevra également une injection d’immunoglobulines spécifiques anti hépatites B. Nous citerons plus bas d’autres analyses ou une prise de sans chez la femme enceinte sera nécessaire.

  • Numération formule sanguine (NFS) : Les risques de carences en fer et en acide folique sont accrues à ce stade. La supplémentation est toujours de mise.
  • Sérologie rubéole : La sérologie rubéole sera répétée jusqu’au 4e mois. La rubéole entraine des risques de malformations congénitales comme celles cardiaques et oculaires.
  • Sérologie toxoplasmose : Cette prise de sang de la femme enceinte sera reprise tous les mois jusqu’au terme de la grossesse en raison des risques de séroconversion.

Quelques précautions pour un bon suivi

En plus de la prise de sang de grossesse, quelques conseils sont à suivre.

  • Toujours garder sur vous votre carte de groupe sanguin si vous en avez une.
  • Faire tous les examens recommandés par le médecin
  • Si vous préférez suivre la grossesse à la maison procéder souvent à une prise de sang sans ordonnance.
  • Au moindre doute, se rendre chez un gynécologue.

La prises de sang de grossesse est à prendre avec la plus haute importance. Elle est avantageuse aussi bien pour la mère que pour l’enfant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ante. tristique quis, dictum sed vulputate, porta. velit, facilisis eleifend dolor